Film Le Grand Meaulnes en Streaming

Un soir de novembre 1910, Monsieur et Madame Seurel, qui dirigent une paisible école de la campagne solognote, reçoivent un pensionnaire que sa mère accompagne, Augustin Meaulnes.
Le prestige naturel de ce grand adolescent lui vaut d'être bientôt connu de tous les élèves comme "le Grand Meaulnes". Partageant la même chambre, le nouveau venu et François Seurel, fils des directeurs, se lient d'amitié, Augustin exerçant sur le sensible François une véritable fascination.

Bonne nouvelle : Le Grand Meaulnes est un film moins rétro qu’il n’en avait l’air. Au final, ça fait pas si vieillot que ça. Voilà, c’était pour le point positif du film. Parce qu’à côté de ça, le film n’est pas spécialement réussie. Tout d’abord, le réalisateur semble avoir voulu raccourcir au maximum le bouquin. Résultat : des passages nécessaires à la narration vite expédiés. Et pour éviter de nous perdre dans ses ellipses, il a cru bon de rajouter la voix off de Jean-Baptiste Maunier. On a donc droit à des passages durant lesquels la révélation des Choristes nous lit le livre et lit si mal qu’on dirait qu’il le fait pour une classe de maternelle ou pour une bande d’attardés mentaux. Autre point négatif, la réalisation, trop approximative, qui se croit maîtrisée : ce n’est ni la scène d’ouverture ou les acteurs et la musique se lancent un duel sonore ni parce que la caméra tourne autour d’acteurs qui parlent que l’on va être en extase. A vrai dire, c’est très vite énervant. Mais le pire dans ce Grand Meaulnes, c’est incontestablement le choix des deux interprètes principaux. Nicolas Duvauchelle et Jean-Baptiste Maunier ne sont à aucun moment crédible. Le premier semble s’ennuyer et récite son texte d’une voix monotone, sans aucune conviction. Le second en fait en revanche des tonnes, et est constamment dans le surjeu. Il n’hésite pas non plus à se ridiculiser involontairement. Le seul problème, c’est qu’ils ont malheureusement les rôles principaux. A côté de ça, le seconds rôles, plutôt convaincants, font tout pour essayer de sauver le film : Philippe Torreton s’en sort avec les honneurs dans un rôle ultra-stéréotypé de maître d’école du début du XX° siècle. Mais celui qui fait le plus d’effort dans tout ça, c’est Jean-Pierre Marielle, impressionnant. Comme quoi, c’est dans les vieux pots qu'on fait la meilleure soupe. Mais malheureusement, si on n'avait pas vu ce Grand Meaulnes, on n'aurait absolument rien perdu.

Certes, Nicolas Duvauchelle est un type formidable ( quoi que dans ce film...ça laisse à désirer) certes on y voit un Philippe Torreton en instituteur...cela lui va comme un gant. Jean Baptiste Maunier ne fais rien ressentir...personne ne fais rien ressentir...pas même le sublim Marielle, l'histoire pourrait-être vraiment interressante pourtant, mais rien n'est assez poussé, exemple : l'amitié entre Meaulnes et François, et les sentiments qui unissent Yvonne et Meaulnes.On y croit pas une seconde! Tout est rapide, tout va trop vite, et malgré certaines choses tragiques, on reste dubitatif. Mouais...pas émue du tout. J'avais envie d'une bouffée de liberté, d'aventures...rien de cela ne m'a été donné ...

Films Similaires :